AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Queen Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Queen Bitch Lun 18 Jan - 4:26

She don't make false claims, but she's a Queen, and such are queens
Bukowski & Duroy



Elle est là, balance des hanches contre la musique et Alexandre se contente d'observer pour l'instant. Il joue le prédateur qui se tapisse dans les hautes herbes. Elle c'est Evangéline. Elle c'est la pâtissière qui a fait passer dans ses gâteaux indécents quelques sachets de sa came et qui a envoyé l'un de ses gorilles se faire foutre il y a peu. Elle a un putain de caractère. Charmante dans sa petite boutique miteuse pour les clients, mais acerbe en privé. Evangéline il la connaît pas beaucoup, mais juste assez pour savoir qu'elle lui plaît. Elle a du caractère, de l'ambition. Le fric qu'il a ne l'intéresse pas. Elle veut juste qu'il ait les couilles de venir demander les choses lui-même. Se faire choper elle s'en fout apparemment. Amusante petite gosse. Amusante jolie brune au minois mesquin qui taquine sans cesse le regard de l'enfoiré. Alexandre marche vers elle, verres en mains. Il la bouscule légèrement en se collant à elle. Tend vers l'avant l'un des verres, un sachet rempli de douceurs multicolores dessous. « Un petit cadeau en remerciement. » Sourire au coin des lèvres, Alexandre balance son bassin contre le sien, l'emprisonne contre sa carrure massive. Le message passe aux autres mâles qui ne tente pas d'approche, qui ne tentent pas de la subtiliser au loup qui se prend pour un putain d'alpha. « Evite simplement de refaire le portrait à cette brute de Lou la prochaine fois. Si tu voulais me voir il suffisait de le dire calmement. » Il se marre, il voit encore l'autre couillon la traiter de tous les noms devant lui, la traiter de cinglée alors qu'il se retrouvait la gueule marquée d'une rage presque incompréhensible. Alexandre il s'en fout. Putain il s'en fout de la douleur d'un autre et cette brune elle l'amuse vraiment. C'est comme une explosion, une routine qui éclate et c'est grisant. Alors ouais cette fille elle lui plaît par son caractère un peu fou, par sa nonchalance naturelle, par ce putain de sourire mesquin qui trône sur ses lèvres aussi. La malice dans son regard. Elle a quelque chose de purement électrique. Ça ne s'explique, ça se voit, ça se ressent. « J'devais te parler d'une nouvelle commande. Business et compagnie. Il se pourrait que j'ai changé d'avis en te voyant te trémousser comme une traînée sous acide. » Il ose, il s'en fout, elle a au moins autant de caractère que lui. Elle est au moins aussi vulgaire que lui. Il ne sait rien d'elle pourtant. Il se contente de ressentir l'image qu'elle dégage, ce truc qui s'extirpe d'elle et qui les entoure. Elle a une aura, c'est impressionnant. Il y a du monde, du bruit, de l'alcool et de la came, sûrement la sienne. Il y a des corps qui bougent un peu partout et pourtant il n'entend que vaguement la merde qui le DJ fait sonner et ne voit qu'elle. Cette foutue brune et son déhanché. Son regard qui transpire la provocation. Divine Evangéline.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Queen Bitch Mar 19 Jan - 21:34

She don't make false claims,
but she's a Queen, and such are queens

La musique est parfaite, le son fait pulser son sang en rythme, globules alignés, indécents, tous nymphomanes à leurs propre façon. Elle bouge sans penser au reste, attendant qu'il y en ai un, juste un, assez fou pour venir lui parler. Elle n'attend que ça ; le parfait crétin. Elle sourit pour elle-même. Les quelques verres avalés, l'ambiance, ça la détend, ça lui fait du bien. Elle pense plus à rien d'autre que son corps et les regards des autres. Brûlants. Délicieux. La collision lui fait ouvrir les yeux à moitié alors qu'elle les lève vers le visage. Le torse, c'est bien beau, mais elle veut voir sa gueule. Elle le reconnaît tout de suite et ça lui tire un sourire. Surtout quand elle voit qu'il rigole, le connard. Il lui tend à boire, elle prend et hausse un sourcil moqueur au dit cadeau. Pas mal. Elle lève le sachet et le met dans son décolleté, se mettant la main dans le soutif sans être plus gênée que ça. Elle sourit et boit une gorgée. Il l'a peut-être drogué, le verre. Ce serait amusant. Il se colle, elle plaque son corps contre le sien, son visage si proche qu'elle sent son souffle, sa chaleur. Quand il parle, elle entend ses lèvres vibrer. Elle peut pas s'empêcher de rigoler. « Sa tête me revenait pas. Envoie un gars moins dégueu si tu veux les récupérer entiers. » Elle le regarde, le défit, rigole. « Et je ne devrais pas avoir à demander. » Elle relève le menton et attrape sa lèvre, la mordant légèrement. « Tu devrais venir comme un grand, monsieur le big boss. » Elle rit en se reculant, se retournant en portant de nouveau le verre à ses lèvres, avalant une longue gorgée, celle qui fait du bien, celle qui brûle et embrouille.  Dos à lui, elle bouge, catin, sensuelle, sans gêne aucune parce qu'elle a oublié comment on faisait pour avoir honte. Elle rit en l'entendant et se tourne de nouveau, roulant du cul, son verre au bord des lèvres. « T'as l'art et la manière, toi. Emploie pas tes belles phrases avec moi. » Elle secoue la tête, repousse ses cheveux d'un mouvement de la main. « Si tu veux baiser, dis le clairement. J'ai pas besoin de beaux discours pour écarter les cuisses. » Elle sourit en coin, se rapprochant de nouveau, joueuse jusqu'aux bouts des ongles. « Je suis une traînée après tout, non ? » Elle rit, pose son verre sur le plateau d'un gars qui passe, attrape la chemise du brun et l'attire contre lui, collant son entrejambe contre son ventre. « Enfin, si t'as les couilles. On peut la jouer romantique aussi, si t'as de quoi payer le restau. » Elle rigole, le défiant du regard. Le défiant de dire non, de la repousser, d'abandonner, de renoncer. De tout arrêter maintenant. Le défiant de montrer ses couilles, un peu, de pas se cacher derrière un gars sans nom. Elle s'en fout des autres. C'est le Salopard qu'elle veut, celui avec un S tellement grand qu'il fait peur aux autres, qu'il électrise d'un regard et fait se tremper les culottes sur son passage. C'est celui là qu'elle veut. Le danger ambulant. Le Big Boss.  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Queen Bitch Jeu 21 Jan - 5:10

She don't make false claims, but she's a Queen, and such are queens
Bukowski & Duroy



Délicieuse petite garce qui se pavane contre lui. Doucement, lascivement. Elle n'a aucune manière, vraiment aucune et il est un fait que ça lui plaît à l'enfoiré. Elle joue avec lui, se joue de lui aussi, c'est certain. Indomptable petite folle qui sobre est aussi loin qu'une vulgaire junkie. La différence étant l'intérêt qu'il porte à l'une ou à l'autre. Cette tarée, il y pense. Sûrement trop souvent. Peut-être pas assez. C'est un instantané dans sa vie qu'il veut goûter. Peut-être qu'il comprend mieux l'effet des drogues sur les autres. Lui le vulgaire connard qui n'aime que sa petite personne et l'argent. Lui l'enfoiré qui n'est pas intéressé par un quelconque attachement. Par une vie rangée encore moins. « Je préfère que tu me réclames. » Et de loin. Ego gonflé sans l'ombre d'un doute lorsque l'autre crétin revient vers lui en sang et marqué d'une rage qui n'a pas d'autre nom que folie. « Et oui t'es une traînée. Vulgaire. Indécente. Timbrée. » Il sourit. Alexandre la laisse se frotter lascive contre lui, tourner et tourner encore. Elle semble essayer de le séduire, lui fait voir la marchandise. Son délicieux petit queue. Son décolleté plongeant sur ses petits seins fermes et ça l'amuse profondément. « Te payer le resto ? Toi et moi ça se jouera pas à coup de fric et de bouffe. » Il l'attrape par la taille, la colle plus contre lui, lui fait sentir sa poigne violente sur ses fesses. Son regard bouillant, d'intérêt, d'envie. De tout un tas de chose. De jeu aussi. D'abandon total peut-être. Un jour qui sait. Il sourit en coin. Visages trop proches, proximité si forte qu'il sent son odeur de sucre et de fleurs. Si proche d'elle qu'il sent son souffle entourer le sien. « Tu joues la dure petite catin. Tu fais la folle, tu te frottes comme une chienne en chaleur et tu provoques. » Sa poigne se fait plus ferme, plus violente. Il la soulève contre lui, la met à sa hauteur, toujours avec ce putain de sourire de connard affiché sur ses lèvres. « Je ne suis pas romantique. Je baise. Je prends ce que je veux. Si je décide que tu m'appartiens ça sera le cas. » Il prend ses lèvres contre les siennes et c'est sale, les gens ne prêtent pas attention à ça. Le club pue l'indécence, ça ne juge pas ce qu'ils font, ils ne voient pas les autres qu'ils sont là. « Et tu ne demandes pas mieux petite folle. » Alexandre ne joue pas, s'en fout si ses mots n'ont aucun sens, s'il se trompe ou pas. C'est pas vraiment important. Elle s'en fout tout autant que lui, y'a une fiesta dans la tête de cette brune, elle ne doit pas vraiment écouter. Là dans ses bras, serrée contre lui, entièrement sienne, les corps qui se frottent lascivement. Elle est à lui, pour lui. Quand il le décide, tant qu'il le décide.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Queen Bitch

Revenir en haut Aller en bas
 

Queen Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Queen Emeraldas
» Freddie, John, Roger et Brian====> Queen...
» Vampire Queen Bee
» GOLDEN AGE'S SHEENA queen of jungle
» Ellery Queen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DÉSIR GOURMAND :: Corbeille RP
-